J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judiciaire

J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judiciaire

Messagepar Julie21 le Lun 19 Jan 2015 12:05

Hello,

Après une longue absence, je viens également nourrir le feedback des anciens.

Après avoir terminé mon premier M2 à Bordeaux IV (droit du travail), je me suis engagée pour un second Master 2 à Paris X (Droit des affaires), recherche cette fois-ci. Dans le cadre de ce master j’ai réalisé un mémoire portant sur le droit du travail appliqué aux entreprises en difficulté.

Après être sortie seconde de ma promo, c’est le cœur vaillant et plein d’espoir que je me suis mise à postuler dans des études de mandataires judiciaire dans le but d’y travailler. Je voulais voir le métier avant de tenter le concours.

J’ai été embauchée le 1er septembre pour un salaire dérisoire (j’ai pas cherché, je devais travailler) mais avec une belle promesse : m’occuper du social, aller aux audiences, l’assister, etc … « Devenir son bras droit » selon lui.

J’ai découvert petit à petit qu’il exploitait mes collègues depuis 5 ans (date à laquelle il a repris l’étude) pour un salaire dérisoire également. Entre autres, il leur faisait rattraper jours fériés et jours de congés posés en semaine (en gros chaque fois qu’il y avait un jour férié ou un seul jour de congé posé en semaine, elles devaient revenir travailler l’après midi qu’elles avaient de libre dans la semaine). Il a donc voulu également m’appliquer cette règle. J’ai poliment et vraiment respectueusement expliqué que c’était illégal et que je ne pouvais pas faire cela.

A partir de là, perte de confiance. Plus aucune responsabilité, j’ai été reléguée à des tâches de secrétariat, d’enregistrement de créances. Plus de social non plus, la personne en charge ne voulant pas déléguer.
Après avoir subi pendant un mois et demi, j’ai demandé une rupture conventionnelle de mon contrat de travail que j’ai signée mercredi dernier. Il m’a fait du chantage à la démission, pour finalement accepter de signer ma rupture conventionnelle. J'ai dû accepter ses conditions sinon je me retrouvais sans emploi et sans chômage où alors à subir sa pression pour démissionner.

Je ne suis pas devenue juriste dans une étude de mandataire judiciaire mais je tenais à donner mon impression sur cette expérience professionnelle si jamais cela peut servir à quelqu’un.

Je vais donc m’en aller à la recherche d’un nouvel emploi, cette fois-ci dans le droit du travail pur, juriste idéalement.

:salut
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent.
Avatar de l’utilisateur
Julie21Femme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 369
Inscription: Ven 19 Sep 2008 22:40
Ville: Bordeaux
Année d'étude: M2 Droit de l'entreprise (Nanterre)

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Deepack le Lun 19 Jan 2015 12:11

Pour avoir aussi été stagiaire dans une étude de mandataire judiciaire, il est navrant de voir comment cette profession traite ses salariés. Les salaires y sont miséreux. L'exemple d'une femme qui y travaille depuis 35 ans est flagrant. Elle connait très bien son métier et ne perçois qu'un peu plus du SMIC.

D'autant plus choquant que cette profession rapporte très gros... (environ 40K€/mois).
Avatar de l’utilisateur
DeepackHomme
Fondateur - Admin
Fondateur - Admin
 
Messages: 1973
Inscription: Sam 22 Sep 2007 21:17
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Avocat - Diplomé Master 2 droit des affaires

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Julie21 le Lun 19 Jan 2015 12:31

C'est exactement ça. J'ai des collègues avec 20 ans d'ancienneté qui sont payées au SMIC et qui ne peuvent pas partir (pas forcément de diplômes, que de l'expérience) et qui ne sont absolument pas considérées.
Le pire c'est pas tout l'argent qu'ils se font mais à quel point ils sont attachés à leur argent.
Là par exemple, pour que ma rupture ne lui coûte rien (et surtout qu'il accepte de me laisser partir), il me paye mon indemnité de rupture conventionnelle (pour qu'elle sorte de sa compta) et je dois lui rembourser en espèce lors de mon dernier jour de travail (pour information mon indemnité se monte à 145 euros...).
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent.
Avatar de l’utilisateur
Julie21Femme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 369
Inscription: Ven 19 Sep 2008 22:40
Ville: Bordeaux
Année d'étude: M2 Droit de l'entreprise (Nanterre)

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Pifpaf le Lutin le Sam 7 Fév 2015 11:05

Bah tu te casses avec tes indemnités un point c'est tout. Tu dis "ok ok" jusqu'au dernier jour et tu pars en courant ! :mrgreen:
Si vous avez été déçu par le Super, essayez donc le Génial! Le Génial, c'est Super!
(attention aux coups de pompe)
Avatar de l’utilisateur
Pifpaf le LutinFemme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 392
Inscription: Dim 28 Déc 2008 14:13
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Master 2 Droit du travail et de la protection sociale (2012 2013)

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Julie21 le Jeu 12 Fév 2015 21:23

Bin il fait de la rétention sur mes documents de fin de contrat. Je suis coincée !
Mais j'avoue que j'y avais pensé^^
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent.
Avatar de l’utilisateur
Julie21Femme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 369
Inscription: Ven 19 Sep 2008 22:40
Ville: Bordeaux
Année d'étude: M2 Droit de l'entreprise (Nanterre)

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Linoa le Ven 6 Mar 2015 15:00

Et sinon mettre en oeuvre tes compétences de juriste en droit social pour le faire raquer ?

- les documents de fin de contrat il n'a pas le droit de les retenir, c'est illégal.
- la mise au placard pour avoir refuser de bosser illégalement c'est limite du harcèlement moral
- les jours rattrapés tu demandes un rappel de salaire
- et tu fais requalifier la rupture conventionnelle en licenciement sans cause réelle et sérieuse, 6 mois de salaire, licenciement nul si tu parviens à démontrer un harcèlement moral.

Et vu comment les CPH sont pro-salariés ces temps çi ça ne devrait pas être trop difficile de gagner...
Avatar de l’utilisateur
LinoaFemme
Souverain
Souverain
 
Messages: 2214
Inscription: Mar 15 Jan 2008 16:26
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Padawan

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Julie21 le Lun 9 Mar 2015 11:44

Si c'était si simple que cela, c'est ce que j'aurais fait depuis un bail. J'y ai pensé pourtant, j'ai retourné le problème dans tous les sens mais il y a le droit et la réalité...
Aller à la confrontation et aux prud'hommes, c'est tuer son image dans une ville où tout le monde se connait plus ou moins dans le secteur juridique, sachant que je cherche du boulot dans le même secteur géographique (je ne peux déménager, mon copain travaillant dans la même ville).
Faire valoir mes compétences en social, c'est ce qui à flingué la situation.
Concernant les documents de fin de contrat, il fallait attendre au minimum 8 jours avant d'aller aux prud'hommes pour prouver l'existence d'un préjudice. 8 jours voire plus sans rémunération et sans possibilité d'aller s'inscrire à pôle emploi c'est pas possible. Le harcèlement moral est extrêmement difficile à prouver, sachant que je n'aurais pas eu le soutien de mes collègues qui n'auraient pas risqué de se faire mal voir. Etc...
Au final, je suis partie, il m'a remis les documents de fin de contrat le dernier jour et moi l'indemnité. C'est terminé et je ne me traîne pas un contentieux de 2 ans minimum sur le dos m'empêchant de tourner la page.
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent.
Avatar de l’utilisateur
Julie21Femme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 369
Inscription: Ven 19 Sep 2008 22:40
Ville: Bordeaux
Année d'étude: M2 Droit de l'entreprise (Nanterre)

Re: J'ai été un temps ... juriste chez un mandataire judicia

Messagepar Pifpaf le Lutin le Ven 3 Juil 2015 12:40

Un petit courrier à l'inspection du travail et à l'URSSAF (pour les heures sup non payées, les jours fériés rattrapés) peut être une gentille peau de banane qui ne t'apportera rien aujourd'hui mais qui, on ne sait jamais, peut engendrer un contrôle un jour dans la boite.

Pour l'URSSAF je ne sais pas (et à l'occasion je me renseignerais plus précisément sur ce point) mais pour l'inspection du travail, le principe est la confidentialité des plaintes : toute info reçue est en principe confidentielle sauf si tu décides de lever cette confidentialité de manière explicite (ce principe relève des conventions de l'OIT).
Un petit courrier "pour simple information" peut toujours être intéressant, histoire de marquer le coup.
Côté inspection du travail, l'agent de contrôle compétent décidera ou non de l'utilité d'un contrôle, mais il aura au moins une idée de la façon dont fonctionne la boîte.
Si vous avez été déçu par le Super, essayez donc le Génial! Le Génial, c'est Super!
(attention aux coups de pompe)
Avatar de l’utilisateur
Pifpaf le LutinFemme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 392
Inscription: Dim 28 Déc 2008 14:13
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Master 2 Droit du travail et de la protection sociale (2012 2013)


Retourner vers Feedback des anciens

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités