Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar luciole le Mar 17 Déc 2013 12:13

Bonjour à toutes et à tous,

Je reprends le fil de la shoutbox ici, puisqu'il me semble que cela peut devenir un débat enrichissant, et espère qu'il me fera changer d'avis (sous réserve de bonnes argumentations construires - comme c'est d'habitude le cas sur ses forums !). En effet ma vision actuelle, en ces temps troublés, est plutot pessimiste... Reprise des questions posés dans la shoutbox;

les études de droit de nos jours, un luxe et une chance ?

qu'est-ce qu'un bon profil selon vous pour réussir les concours (et/ou avoir accès à l'emploi) après un bac+4/5 de droit ?

pensez-vous qu'il soit normal de fermer les vannes de certains concours ? que pensez-vous de la non possibilité de contester une note d'oral ?

Libre à vous d'y répondre partiellement ou non, ensemble des questions ou pas, pour ma part je vais juste répondre au fil de la shoutbox.

@usk - je suis bien d'accord avec toi sur la notion subjective de "bon" profil (c'est d'ailleurs pourquoi je prends la peine de mettre des guillemets), mais pour en revenir à calypso, il ne s'agissait pas d'une étudiante qui été bonne sur les bancs de la fac et incapable dans le monde pro, il s'agissait juste d'une personne qui a été formé à devenir une machine à concours, bien préparé et échoue sans aucune explications et raisons. Alors cela fait froid dans le dos, et je disais juste que je comprends sa colère. Et la je désespère encore plus, si un profil au dessus de la grosse vague d'étudiant validant leurs master 1 à 10/11.9 échoue, que reste-il aux autres ? (ps : pour moi un bon profil dans l'optique de préparer le CRFPA c'est master 2 - 12 de moyenne environ, capacité normale face à un oral, quelques mentions dans son cursus, et surtout prépare son IEJ avec sérieux, et satisfait aux exigences des concours blanc...)

@magnolia - ok il y'a "d'excellent profil" aussi, mais d'une part je pense pas que cela court les rues, d'autres part sa me rassure encore moins, si les postes ONU/juristes d'entreprises hyper select/ ENM sont pourvus par ces excellents profil, les "bons", sont a fortiori, évincer. Mais alors que reste-il aux autres? Ceux qui traînent vers les 10/11.9 de moyenne ? Ceux dont les personnes se situant au dessus on besoin pour justement "sortir du lot" ? Après un bac +4/5 en droit tu trouve sa normal d'aller pointer à l'ANPE/CAF parce que c'est soit ta un excellent profil soit tu finis sous les ponts ? En outre, parfois même ceux qui ont accès à l'emploi après de longues études de droit - et avocature réussi - peine à survivre (cf un post http://www.rue89.com/2013/03/28/jeune-a ... res-240965) alors oui on préfère fermer les vannes plutôt que de se retrouver confronter à de tel espèces, mais encore une fois cela ne signifie pas grand chose; si des étudiants avec de bons résultats universitaires peuvent échouer une fois arrivé dans le monde professionnel, la réciproque est également vrai. Mais vu que la sélection s'opère principalement en fonction des résultats, les élèves moyens (ou moyens +) n'ont même pas la chance de d'intégrer le monde pro, puisque cette "chance" est subordonné au passage d'un concours qui fait appel principalement à des résultats purements théoriques/ scolaires.

En outre on assiste au même phénomène dans le recrutement des fonctionnaires de police; gardien de la paix éligible au concours bac => pratique bac +3 / lieutenant (inspecteur) éligible bac+3 => pratique bac +5 / commissaire bac +5 => pratique +5/+8 (docteur) - et je sais de quoi je parle, tous les ans je regarde le nombres de candidats / nombres d'admissibles et d'admis et en fonction de leurs études. Il y'a une tendance générale au creusement abyssal entre diplôme exigible et exigé en pratique. Tu trouve sa normal ? tout vas bien ?

Enfin tu évoque les raisons qui fait qu'on fait des études de droit (pression parentales au détriment d'une réelle motivation etc) perso, d'une part la matière est indéniablement enrichissante intellectuellement en tous points (mais on ne vit pas d'amour et d'eau fraîche...) d'autre part le nombre considérable de débouchés de la filière. Mais si le 2ème point fait de plus en plus défaut au vu des multiples exemples, la motivation de la richesse intellectuelle, décline aussi...

En outre tu évoque le choix vers d'autres filières autre que la fac pour se professionnaliser plus tôt; mais il existe des tas de filières dans l'enseignement supérieure qui te professionnalise dès le master 1 / 2 tu sais ? par exemple, j'ai un copain en fac de sciences, master spécialisé en aéronautique, il fait son stage en master 1/2 dans une entreprise, puis il serra "normalement" ingénieur et professionnalisé rapidement, ou encore une amie en fac de psycho même schéma. Donc la question n'est pas "ne faites pas d'études supérieure si vous voulez vous professionnaliser plus tôt" mais plutôt "ne faites pas d'études de droit si vous voulez vous professionnaliser plus tôt ?" car on sait tous deux qu'en droit il s'agit le plus souvent d'un bac +7/8 en réalité (master 2/concours/1-2ans de formation, que ce soit pour notaire, huissier, avocat, magistrat, police, juriste ?)

Alors oui ce sont de longues études voir interminables, pour un avenir incertain (?) si on n'est pas l'élite, la crème de la crème, je trouve sa dommage, ma motivation chute. D'autant plus (et c'est certainement lié, car tous les secteurs ne sont pas épargnés) quand tu vois une tendance générale à l'augmentation du chômage, baisse du pouvoir d'achat des ménages français.
Voici un peu la ou les raisons qui font que "beaucoup de tes étudiants sont aigris, moroses", et c'est en mon sens, tous à fait légitime.
Avatar de l’utilisateur
lucioleNon spécifié
Magnum
Magnum
 
Messages: 52
Inscription: Sam 7 Mai 2011 12:26
Ville: bordeaux
Année d'étude: Licence 3

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Usk le Mar 17 Déc 2013 21:03

Mon avis tout à fait personnel : les études sont un luxe (oui), une chance (oui), une nécessité (OUI).
Une nécessité qui m'a valu de passer 6 années assez pénibles car apprendre n'était pas spécialement ma tasse de thé. Mais je savais que sans mon bac+5, je pouvais aller me coucher pour trouver un boulot dans le juridique.

Le système universitaire est globalement en inadéquation avec le monde du travail et je le regrette. Pour autant, je n'ai pas de solution miracle sauf à ce que les études coûtent encore plus cher à notre Etat... :mrgreen:

Je ne crache absolument pas dans la soupe étant ancien étudiant boursier ! Mais putain, c'était dur.

Pour les bons profils, je pourrais écrire un bouquin décrié mais je vais résumer : quand j'étais étudiant, on me disait que les étudiants de sciences po étaient excellents et que les doctorants étaient le fleuron de la matière grise. Je ne conteste absolument pas car c'est vrai. Ce sont des gens qui ont réussi une chose que je ne suis pas parvenu à faire : briller dans les études. Mais professionnellement, je ne les trouve pas du tout efficaces (j'en cotoie un bon échantillon car ce sont eux qui réussissent les concours :p) car toujours dans la théorie et l'inginérie intellectuelle... Rarement dans le concret et l'opérationnel.

A pluche, ne perdez pas espoir ! J'étais une grosse merde à la fac (demandez à Deepack il en a été témoin) mais j'ai pas fini SDF comme le prédisaient tous mes chargés de TD :mrgreen:

Relativisez et avancez. Ce sont mes seuls conseils.
Avatar de l’utilisateur
UskHomme
Melchior
Melchior
 
Messages: 546
Inscription: Lun 19 Nov 2007 18:11
Ville: Lyon
Année d'étude: M2 droit public des affaires (2009/2010)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Deepack le Mer 18 Déc 2013 18:49

tout frais venant de Le Monde.

Bordeaux 4 est bien placée avec ses 92% d'étudiants ayant trouvé un emploi.

Bon c'est dans les 30 mois suivant l'obtention du diplome... faut être patient^^ (encore un sondage merdique... 2 ans de chomage poste diplome et tu trouves! ouais!)
Avatar de l’utilisateur
DeepackHomme
Fondateur - Admin
Fondateur - Admin
 
Messages: 1973
Inscription: Sam 22 Sep 2007 21:17
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Avocat - Diplomé Master 2 droit des affaires

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Usk le Mer 18 Déc 2013 19:36

Il serait intéressant de savoir à quoi se rapporte ce %.
Au nombre d'étudiants qui ont répondu ? :roll:

Sinon, ce sondage ne veut rien dire. Quand tu vois comment sont compilées les stats à Bx4, ça fait peur.

Sur un M2, t'as un étudiant qui déclare gagner 1500€ et si tous les autres ne répondent pas, on te balance que le M2 permet de gagner 1500€ en moyenne. Le chiffre est en quelque sorte vrai mais la méthode douteuse.
Avatar de l’utilisateur
UskHomme
Melchior
Melchior
 
Messages: 546
Inscription: Lun 19 Nov 2007 18:11
Ville: Lyon
Année d'étude: M2 droit public des affaires (2009/2010)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Sunsky le Jeu 19 Déc 2013 11:59

Usk a écrit:
Le système universitaire est globalement en inadéquation avec le monde du travail et je le regrette. Pour autant, je n'ai pas de solution miracle sauf à ce que les études coûtent encore plus cher à notre Etat... :mrgreen:

.


On est carrément d'accord.(De la part d'un étudiant non boursier qui en chie pour terminer ses études par forcément un cancre mais qui a du mal à comprendre le fait d'apprendre par coeur des choses qui ne seront pas forcément opérationnelles dans le monde professionnelle).
Avatar de l’utilisateur
SunskyNon spécifié
Impérial
Impérial
 
Messages: 242
Inscription: Dim 26 Sep 2010 19:46
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Master 1 Entreprise et droit des affaires

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Althy le Jeu 19 Déc 2013 14:44

Je rebondis sur ce qu'a dit Sunsky et Usk par ailleurs et que je songeais justement à poster ici :
Ben oui on sait faire des commentaires d'arrêts à foison, des dissertation et des introductions en pagaille mais on ne nous apprend pas à rédiger des actes.

C'est là que je me dis qu'il aurait peut-être été bénéfique de zapper quelques commentaires d'arrêts inutiles en cours pour laisser place à ce genre de BA-BA.


Voilà, pour moi c'est le plus gros défaut de la fac, qui forme sans doute très bien les futurs théoriciens (doctorants et profs), mais pas des praticiens.
Là je suis en M2, mais je ne me sens absolument pas prêt pour devenir professionnel, alors même que ça arrivera dans quoi, 6 mois ? (en tant que stagiaire certes, mais on ne va pas se mentir sur l'importance capitale de réussir celui-ci pour décrocher un job dans la foulée) J'ai l'impression de ne réellement découvrir ce que je fais que depuis 6 mois (voir, en incluant le M1, quoique pas dans sa totalité, depuis 1 an et demi). Surtout, j'ai l'impression d'avoir perdu des années de ma vie au cours de ma licence, en apprenant un tas de chose d'une part que j'ai pour la plupart en grande partie oublié, et d'autre part qui ne me serviront aucunement par la suite (des matières de droit public, l'histoire, ou mieux !! "problèmes sociaux-politiques et philosophique" ou quelque chose dans le genre, magique d'inutilité cette matière).

Alors bien sûr, ce ne sont pas à proprement parler des "années perdues", car les études de droit nous apporte une rigueur de l'esprit, etc. Ok. De même, j'ai bien conscience qu'il faut "gouter à un peu de tout" pour que la majorité qui ne sait pas quoi faire en licence se décide (et j'en faisais partie). Donc proposer de tout en licence est compréhensible, mais de là l'imposer à tout étudiant ? Je pense notamment à la L3 : pourquoi imposer 3 matières de droit privé, de droit public, et une d'histoire ?
Pour beaucoup en L3 on est déjà polarisés privé/public, pourquoi dès lors imposer des matières à des élèves qui ne se sentent pas concernés et ne s'orienteront pas dans ces voies ? Analyse personnelle : la fac redoute sans doute que tout le monde ne s'oriente vers du droit privé si on ne force pas un peu les étudiants à s'intéresser au droit public. Mais pour ceux qui s'orienteront effectivement vers le droit privé, que de temps perdu à nouveau.
L'histoire ensuite : j'adore l'histoire, ces matières permettent de souffler un peu dans un cursus juridique (et si la matière historique de L3 n'avait pas été imposée, je l'aurais sans doute prise quand même). Mais de là l'imposer ? Qui se dirige vers ça après pour qu'on juge nécessaire de la rendre obligatoire ? Seulement une poignée d'étudiants ?
Enfin, on peut évoquer les matières optionnelles qui sont presque nuisibles à notre cursus... Problèmes sociaux-politique, économie contemporaine, philosophie du droit, etc. Encore une fois ces matières ne sont pas inintéressantes en soi (quoi que, franchement...), mais que de temps perdu pour du pur verbiage qui ne servira à personne, si ce n'est à briller en société peut être (peut être).

Bref, tout ça m'amène à dire que la fac forme des connaisseurs, pas des compétents. On nous matraque avec des connaissances (pour beaucoup d'entre elles complètement inutiles au regard de la profession que l'on exercera), mais la compétence, la pratique, est totalement absente de notre cursus juridique. On perd un temps fou à étudier des matières qui ne sont là que pour satisfaire l'égo de tel ou tel prof qui fait le forcing pour que sa matière en option ne disparaisse pas ou pour maintenir sa matière comme obligatoire (qui a dit le DIP en M1 ?). Mais c'est autant de temps perdu que l'on aurait pu consacrer à des études concrètes et à une formation pratique. Exemple concret : au lieu de voir des commentaires d'arrêt à n'en plus finir en TD de contrats spéciaux, ou des dissertations hautement philosophiques sur la cause en droit civil, pourquoi ne pas remplacer tout cela par des études de cas ? Avec un contrat en bonne et due forme sous les yeux. Je ne sais plus quel(le) enseignant(e) nous avait dit ça un jour en amphi : que l'on avait sans doute eu droit à des heures et des heures sur le droit des contrats, mais qu'on n'avait jamais pensé utile à nous mettre un contrat sous les yeux pour voir à quoi ça ressemble, la rédaction notamment. Ou les clauses... Et on sortirait un peu du sacrosaint apprentissage par coeur qui ne nous laisse aucun souvenir une fois les partiels passés.

Que de temps perdu dans tout ça. Je suis un peu amer, pour ne pas dire vraiment déçu sur cette absence totale d'approche pratique du milieu par la faculté. Alors que la fac pourrait avoir un role prépondérant dans cette formation pratique : avec ce que j'ai évoqué ci dessus, ou en imposant des stages dès le M1 voire la L3... Mais la fac est gangrenée par tout un tas d'intérêts personnels que chacun défend. Quant aux stages, chacun sait que la fac n'est absolument d'aucune aide à ce sujet (on pourrait disserter longtemps sur la grande inutilité de la DOSIP...).
Avatar de l’utilisateur
AlthyHomme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 280
Inscription: Sam 19 Juin 2010 21:47
Année d'étude: Master 2 Gestion du patrimoine privé (Droit)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Usk le Jeu 19 Déc 2013 15:24

Il ne faut pas regretter totalement la diversité des matières étudiées même si beaucoup ont été quasi inutiles.

Tu verras qu'en tant que juriste, les gens te voient comme un généraliste et rarement comme un spécialiste. Ces connaissances annexes te permettront de t'asseoir sur un socle qui te permettra de balancer de la poudre de perlinpinpin aux yeux de tes interlocuteurs.
Je gagne beaucoup plus de respect de la part de mes collègues quand je résouds leurs problèmes de succession ou de bail d'habitation ou de divorce que lorsque je leur fournis un avis juridique du tonnerre sur les marchés publics. C'est con mais c'est vrai. Une fois qu'ils assimilent que je suis un mec cool et "capable" ils considèrent que je suis un cador, quel que soit le domaine.

C'est important pour la crédibilité d'un juriste qui est souvent le dernier rempart avant la mort (façon de parler). Faut être capable de garder un certain applomb même quand tu ne sais pas. Le juriste qui doute fait flipper la maison entière. En somme, tout ce qu'on a appris forme une sorte de culture G du droit qui, en tout cas dans mon cas, ne m'a pas été totalement inutile. Après, si on parle du rapport temps/intérêt, on est largement perdants, soyons d'accord !

Je dirais plutôt qu'il est nécessaire de modérer la multitude de matières et d'ajouter des modules pratiques. Même les modules pratiques de mon M2 me paraissent aujourd'hui limités avec le recul. Je m'en fous de savoir rédiger une note de rapporteur... Il y avait 0.01% de chance que je termine conseiller au TA. On nous a gavés pendant 3h hebdomadairement (30 étudiants) à faire ça alors qu'il y en a qu'un seul à ma connaissance qui a fini sur cette voie. C'est pas un manque de volonté, j'en suis certain... c'est un manque de compétence. On a beau faire venir des professionnels, faut-il encore que ces professionnels soient bons et pédagogues.
Avatar de l’utilisateur
UskHomme
Melchior
Melchior
 
Messages: 546
Inscription: Lun 19 Nov 2007 18:11
Ville: Lyon
Année d'étude: M2 droit public des affaires (2009/2010)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Althy le Jeu 19 Déc 2013 17:50

Usk a écrit:Tu verras qu'en tant que juriste, les gens te voient comme un généraliste et rarement comme un spécialiste. Ces connaissances annexes te permettront de t'asseoir sur un socle qui te permettra de balancer de la poudre de perlinpinpin aux yeux de tes interlocuteurs.
Je gagne beaucoup plus de respect de la part de mes collègues quand je résouds leurs problèmes de succession ou de bail d'habitation ou de divorce que lorsque je leur fournis un avis juridique du tonnerre sur les marchés publics. C'est con mais c'est vrai. Une fois qu'ils assimilent que je suis un mec cool et "capable" ils considèrent que je suis un cador, quel que soit le domaine.

C'est important pour la crédibilité d'un juriste qui est souvent le dernier rempart avant la mort (façon de parler). Faut être capable de garder un certain applomb même quand tu ne sais pas. Le juriste qui doute fait flipper la maison entière. En somme, tout ce qu'on a appris forme une sorte de culture G du droit qui, en tout cas dans mon cas, ne m'a pas été totalement inutile. Après, si on parle du rapport temps/intérêt, on est largement perdants, soyons d'accord !
C'est ce que je veux dire quand j'évoque le fait de pouvoir "briller en société". Ce sera certes utile pour avoir un peu de bagou face à des clients (encore qu'il y a toujours un risque de tomber sur un client plus calé que toi), mais ce n'est pas ça qui nous fera boucler des dossiers ou d'une manière générale ce qui constituera le coeur de notre exercice. Toute culture g est bonne à prendre, mais quand ça se fait au détriment d'autre chose qui pourrait être utile (une approche pratique), je trouve ça vraiment dommage.
Avatar de l’utilisateur
AlthyHomme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 280
Inscription: Sam 19 Juin 2010 21:47
Année d'étude: Master 2 Gestion du patrimoine privé (Droit)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Magnolia le Ven 20 Déc 2013 12:23

Je réponds un peu en vrac : visiblement ça a été mal compris, mais quand je parlais d'aigreur et de morosité des étudiants, ce n'était pas en lien avec leur futur avenir. Honnêtement, énormément de gens croisés au cours de ces études n'avaient absolument aucune idée de ce qu'ils feraient plus tard (ils avaient pas huit ans hein, le plus tard c'était au max dans deux-trois ans). Aucune envie de métier, aucune idée de Master II et pour la plupart, des études qui les ont fait chier au possible.
C'est en ça que je parlais de morosité et d'aigreur : le nombre d'étudiants qui détestent chaque minute de chaque jour de leurs études de droit, c'est effarant!

Et du coup, comme tu dis Luciole, ça fait une floppée d'étudiants qui traînent autour de 10 de moyenne (je suis pas sûre d'avoir compris tout ton paragraphe par contre) (et clairement le jour où je suis chef d'entreprise :mrgreen: celui qui confond sa/ça je le renvoie sous son pont)(désolée). Et on fait quoi? On file du boulot à tout le monde? Boulot qui soit dit entre nous n'existe pas, mais comme tu as l'air bien renseignée tu le sais déjà non?

Je suis très partagée sur cette question. Il y a 1200 étudiants en L1 et non, il n'y aura pas de job juridique pour tout le monde. La sélection se fera à un moment et elle se fera essentiellement par les notes. Est-ce que c'est bien? Sûrement pas. Est-ce que c'est juste? Peut-être pas. Est-ce que ça serait plus juste d'écarter les bons profils au profit des moyens voire médiocres? Pas plus. Est-ce qu'une méthode pourrait permettre d'avantager tout le monde et de valoriser les qualités de chacun? Non.
Surtout que les raccourcis sont assez faciles quand même : "il a 17 de moyenne, il se contente d'apprendre par coeur sans rien comprendre, ouais moi j'ai redoublé deux fois mais tu vois je suis pas un singe savant, j'essaie de comprendre pour de vrai". True conversation entendue dans le tram. Les résultats scolaires ne font pas tout, mais à un moment faut pas déconner non plus.
Luciole, tu as l'air de considérer comme un dû qu'après 5 ans de droit, on se doit de nous donner un job, vu que tu t'étonnes que certains ailles pointer au Pôle Emploi. Dans quel monde vis-tu? A quel moment as-tu signé un contrat avec la fac où elle s'est engagée à te fournir un travail? Depuis la première année, on nous répète que l'entrée en M2 et l'admission aux concours se prépare dès la L1, qu'il faut commencer à bosser dès le premier mois de la première année... Combien d'étudiants mettent en pratique ce discours? Combien se contentent de traîner des pieds, de souffler et de faire le minimum syndical?
Enfin je veux dire, c'est pareil partout! Tu es médiocre en dessin, faut pas t'étonner de pas être pris aux concours artistiques quoi.

Et pour terminer, je suis assez étonnée par ta comparaison avec ton pote qui sera "normalement" professionnalisé et ta "copine en psycho, même schéma". Bon, tu reviendras nous dire quand ils auront été réellement embauchés, hein :mrgreen: Non parce qu'avec des "normalement" y'a moyen d'aller très loin ; quant à la psycho y'a encore plus de monde en droit et c'est complètement bouché, et si tu me réponds qu'elle veut être psychologue clinicienne je vais te rire au nez, sérieusement :wink:


Dans le fond du débat, je suis finalement assez d'accord avec ce qui a été dit par Luciole et Althy : la fac, c'est un lieu de connaissances théoriques et non professionnelles (d'ailleurs Althy, que tu balayes d'un revers de main les matières que tu juges inutiles, je peux te dire que ça me fait bondir :lol: ). Alors certes, c'est le passage obligé pour devenir avocat ou juge, mais croire que tout le monde pourra accéder aux professions les plus prestigieuses, c'est un doux rêve, et ce quelque soit la filière. Quant à dire que tous ceux qui sont passés par la fac de droit finiront au chômage, c'est faux aussi. Par contre, ce ne sera pas facile pour tout le monde, mais il faudrait être complètement déconnecté pour croire le contraire.
Avatar de l’utilisateur
MagnoliaFemme
Salomon
Salomon
 
Messages: 859
Inscription: Mar 11 Nov 2008 19:12
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Doctorat

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Linoa le Sam 21 Déc 2013 20:00

Ben oui on sait faire des commentaires d'arrêts à foison, des dissertation et des introductions en pagaille mais on ne nous apprend pas à rédiger des actes.


C'est là que je me dis qu'il aurait peut-être été bénéfique de zapper quelques commentaires d'arrêts inutiles en cours pour laisser place à ce genre de BA-BA.


Je suis un peu troublée par l'inutilité apparente que vous trouvez aux commentaires d'arrêt.

Je vois mal aussi à quoi pourrait bien servir de regarder un contrat en td ou encore apprendre à rédiger des actes. Je crois, pas à grand chose. Pour la rédaction d'acte ... déjà lesquels?! il doit en exister des milliers... Et soyons honnête, j'ai fait des stages et les actes, que ce soit mise en demeure, mandat pour un d'expert, un avocat ou autre : on a une liste de courriers types et on utilise celui qui se rapproche le plus de notre situation. Et s'il n'y a pas notre situation c'est que l'on sait ce que l'on va mettre dans l'écrit, et on le fait. Bref, je vois mal l'intérêt que cela aurait en td... et surtout ça ne préparerai qu'à un seul cas de figure pour un seul type d'affaire. MAIS bien plus grave : ça ne vous prémunirai pas de faire une bourde ou de mal rédiger. Pourquoi ? Parce que les écueils à éviter dans la rédaction de clauses, dans la rédaction d'un contrat, ou autre, ils se trouvent dans la jurisprudence ! Il n'y a que le juge qui dise si oui ou non les actes juridiques que vous écrivez sont ou non respectueux du droit. Donc si vous ne savez pas lire un arrêt, le comprendre, vous ne saurez pas, au moment de la rédaction de votre acte, quelle est l'erreur à ne pas commettre. Donc les commentaires d'arrêt c'est, je pense, ce qu'il y a de plus fondamental.
Avatar de l’utilisateur
LinoaFemme
Souverain
Souverain
 
Messages: 2214
Inscription: Mar 15 Jan 2008 16:26
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Padawan

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Usk le Sam 21 Déc 2013 21:14

J'ai seulement évoqué le fait de zapper quelques commentaires d'arrêt. On pourrait passer 10 vies à faire des commentaires d'arrêt. Il faut a minima être préparés aux actes essentiels qui sont liés à notre spécialité. Là, je parle du M1/M2. Pendant 2 ans, on me parlait de CCAG, CCAP, BPU, DPGF, RC, CCTP, DQE, DC1 à DC4, OUV6, OUV7, AE, courrier de rejet, courrier de notification, avenant et co... sans que je puisse palper concrètement ces documents. C'est quand même dommage !

Certes, la fac nous donne les clés minimales pour comprendre tout cela mais un minimum de pratique aide tout autant. Idem, le fond, il faudrait peut être 10 vies pour tout maîtriser.

Un peu de fonds, un peu de forme, c'est le meilleur rapport qualité prix et il serait temps de l'accepter :)

Le fond n'est rien sans la forme et la forme n'est rien sans le fond. On ne m'a appris qu'une infime partie du fond. Voilà le constat qui s'est imposé à moi à la sortie des études.
Avatar de l’utilisateur
UskHomme
Melchior
Melchior
 
Messages: 546
Inscription: Lun 19 Nov 2007 18:11
Ville: Lyon
Année d'étude: M2 droit public des affaires (2009/2010)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Pifpaf le Lutin le Dim 22 Déc 2013 13:32

Je souhaite me prononcer sur ce topic "études de droit et accès concours/emploi" parce que justement j'ai fait les deux (concours et fac).

Pour moi, les études à la fac ne sont pas du tout trop théorique. Nous avons besoin de théorie pour savoir raisonner en droit. Je peux vous dire que dans la formation professionnelle que je suis actuellement (élève inspecteur du travail) je rencontre des gens qui ne sont pas juristes. Et bien on voit parfaitement la différence de formation. Les commentaires d'arrêt et les dissertations nous apprennent à raisonner dans un cadre donné, à interpréter une règle, voir des principes, des limites etc.
Pour passer des concours, on a besoin d'une formation généraliste et théorique. On a besoin de savoir écrire et construire un idée, même sur un plan très rigide. C'est en passant les concours que je me suis aperçu à quel point la fac avait transformé mes capacités de raisonnement.
Quant à la rédaction des actes, il est difficile de généraliser car tout dépend du type de métier que vous souhaitez exercer.

J'ai bien quelques regrets: passer des heures à apprendre par coeur sans raisonner, ça m'a beaucoup couté à la fac (en temps, en énergie). Aujourd'hui je ne comprends toujours pas l'utilité de ce type d'apprentissage. Attention, je ne parle pas du fond (les matières abordées) mais de la forme (le par coeur).

La fac n'a pas vocation à former à un métier, mais à former des exprits capables de s'adapter à des métiers. Il est bien dommage qu'aujourd'hui il soit considéré qu'un jeune sortant de la fac doit s'adapter de suite à son métier et aux exigences professionnelles. On s'assoit sur la formation professionnelle. On a bien tort, car une formation professionnelle sans une bonne formation théorique préalable revient à empiler sur du sable.
Si vous avez été déçu par le Super, essayez donc le Génial! Le Génial, c'est Super!
(attention aux coups de pompe)
Avatar de l’utilisateur
Pifpaf le LutinFemme
Balthazar
Balthazar
 
Messages: 392
Inscription: Dim 28 Déc 2008 14:13
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Master 2 Droit du travail et de la protection sociale (2012 2013)

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Philippe le Dim 22 Déc 2013 18:57

Je me permets à mon tour de réagir, ce sujet me tenant particulièrement à cœur.

Je vous avoue ne pas comprendre cette tendance lourde qui consiste à dire "je ne suis pas suffisamment spécialisé, la fac n'a pas réussi à me trouver un emploi".

Tout d'abord, ce n'est en rien le rôle de la fac de vous spécialiser. Les études de droit, certes imparfaites, sont là pour donner un cadre général de réflexion et d'adaptation du juriste. Bien évidemment, face à une flopée d'emplois possibles et imaginables qu'un juriste peut pourvoir, il me semble difficile de répondre à la demande de professionnalisation, avec rédaction d'actes à la clé - qui soit dit en passant, et cela a déjà été dit, n'est pas un mal absolu puisque vous avez (normalement) tout à portée de main une fois en poste. La fac n'est pas là pour répondre à votre besoin particulier, mais à des milliers d'étudiants, avec autant de projets professionnels, qui souhaitent effectivement vivre après la fac. Alors comment fait-on ? Ça a été également dit, on vous donne de quoi vous en sortir en toute situation. La dissertation pour avoir un raisonnement qui se tient, même si c'est du pipeau, vendre du rêve et étaler sa culture juridique comme dirait Usk, et s'en sortir avec un contrat, avec une relaxe, etc ; le commentaire pour apprendre à lire, saisir les enjeux d'un énoncé juridique, et avoir également un raisonnement construit.

Certes, un peu de concret (qu'est ce qui vous empêche d'ailleurs d'aller voir à quoi cela ressemble, vous avez tout à portée de main avec internet ?), ça fait pas de mal. Cependant, tout comme certains souhaitent du pratico-pratique, d'autres souhaitent avoir des connaissances théoriques. Comment fait-on ? On essaie au maximum de répondre aux différentes attentes, de donner un lot de connaissances méthodologiques, théoriques et pratiques pour s'en sortir dans la jungle. Et puis, pour ceux qui savent très exactement quoi faire, bah il existe des Master dédiés, pro ou recherche. Votre Master ne vous donnera pas un emploi, c'est vrai, mais il vous permettra d'en obtenir un. Alors oui, il n'est pas normal que quelqu'un, travaillant bien des années durant, se retrouve sur le carreau, mais l'examen et le concours sont soumis à l'aléa. Aléa d'autant plus réduit si vous êtes très bien préparés. Il n'y a pas que les connaissances et la maîtrise de la méthode, mais il y a aussi le stress, le sujet, etc. Autant d'éléments qui rendent aléatoires ces examens. Je le répète, le seul moyen d'influer sur cet aléa, c'est toujours plus de travail.

Permettez-moi enfin de vous mettre en garde contre la tentation de la spécialisation. C'est une tendance lourde aujourd'hui, ce qui ne veut pas dire que c'est une bonne chose. Avoir une formation générale avec un peu de spécialisation ci et là me semble être un bon compromis. Le jour où vous ne saurez pas réfléchir mais être un simple exécutant, car vous aurez passé vos études à rédiger des "actes", ce sera votre prison pour la vie. Avoir une formation générale vous permet également d'être plus ou moins libre dans vos choix professionnels, ne l'oubliez pas.
Avatar de l’utilisateur
PhilippeHomme
Souverain
Souverain
 
Messages: 1032
Inscription: Ven 27 Mar 2009 04:31
Ville: Bordeaux
Année d'étude: .

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Linoa le Dim 22 Déc 2013 19:46

Je mettrais quand même un bémol : l'aléa dans les concours/examens qui consiste à virer celui dont la gueule nous revient pas en lui collant entre 1 et 5 au grand oral uniquement pour que la moyenne chute... je trouve ça particulièrement dérangeant. Dans le cas du CRFPA c'est à mon avis un numerus clausus qui ne dit pas son nom... Bref, passer d'un 15 en oral à un 1 en grand O, bah c'est pas normal, ça ne devrait pas exister. L'accès à la fonction publique doit se faire sur le mérite et la compétence, l'accès à un corps de métier libéral comme l'est l'avocature doit être libre dès lors qu'on a satisfait à l'examen d'entrée.
Avatar de l’utilisateur
LinoaFemme
Souverain
Souverain
 
Messages: 2214
Inscription: Mar 15 Jan 2008 16:26
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Padawan

Re: Les études de droit et l'accès au concours/emploi

Messagepar Guy Debord le Sam 25 Jan 2014 13:49

Et ja rajouterais qu'il faut parfois ne pas hésiter à aller au-delà du droit et à se servir du droit comme prisme pour travailler dans un domaine connexe : com', pub, journalisme, nouvelles technologies.. Le grand regret des études de droit et qu'elles nous enferment largement dans le droit. Or, le droit pour le droit, déconnecté de la globalité des influences et des pressions est une erreur. En même temps j'ai toujours considéré que le droit positif n'était pas un mur insurmontable et inamovible. Globalement c'est peut-être une question d'idéologie et d'energie aussi, et si la fac ne nous offrait que ce que l'on est prêt à accepter ?
In girum imus nocte et consumimur igni
Let's Gokkun
Avatar de l’utilisateur
Guy DebordNon spécifié
Administrateur mégalomane
Administrateur mégalomane
 
Messages: 1822
Inscription: Dim 3 Fév 2008 19:07
Ville: Paris - 6e BITCH !
Année d'étude: Doctorant


Retourner vers La vie à Bordeaux IV

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron