Encore raté !

Toutes vos interrogations sur les échanges Erasmus (langue, ville, matières, budgets, aides...)

Encore raté !

Messagepar erasoft le Jeu 8 Mai 2008 04:26

Il fallait bien quelqu'un pour soutenir la négative aux récentes déclarations tonitruantes réalisées par notre maître à tous, Garchou.
Si tu n'as pas suivi, je fais allusion à ceci et encore ça.

Mais, mais, j'ai envie de dire, encore raté, Garchimorch!

Pepita

En gros, le premier problème posé est celui de Pepita, névrosée de la vie, qui part en lieu et place de faire un M1, pour fuir ses problèmes, oubliant qu'à son retour, les problèmes seront toujours les mêmes, et qu'il aurait mieux valu les affronter le plus tôt possible. Particulièrement, pour Garchi, les problèmes sont avant tout des problèmes de projection dans l'avenir.
Libel-time : pour un doctorant, projeter des problèmes de projection dans l'avenir, hmmpff hmpff hmpff ! (smiley cœur)
Que faire en droit ? avocate, chanteuse, magistrate, journaliste ? énarque ? Bottons en touche, on verra ça plus tard.

D'abord, et avant tout, on semble oublier qu'Erasmus, c'est avant tout se parachuter dans un pays que l'on ne connait pas forcément, et souvent seul. Une grande plongée dans l'inconnu. Si on ne voit pas son avenir lorsque l'on est névrosé à Bordeaux IV, avec ses amis, sa famille, ses petites habitudes, et son épisode de Plus belle la vie à 20h20, je ne peux que concevoir que l'on puisse être traumatisé à la seule idée de partir à l'étranger, seul, sans ami, sans personne, sans souvent la maitrise de la langue du pays d'accueil, etc. Faut quand même faire preuve d'une motivation certaine ; mais supposons que Pepita soit motivée pour ce saut dans l'inconnu. Sans doute pour faire eki-eki-pa-tang (encore qu'elle s'est déjà fait avoir : on nous a tous dit qu'étudiant, notre vie se résumerait essentiellement à eki-eki-pa-tang, alcool, et drogue bon marché. On s'est déjà fait avoir, et Pepita devrait s'en rappeler).

Ensuite, il va falloir qu'elle remplisse ses contrats d'étude, avec les choix des matières qu'elle va étudier dans les universités dans lesquelles elle veut étudier ? Mais, Pepita, si indécise s'agissant de ses options en droit français, n'aura aucun souci pour en trouver des matières à l'université de Birmingham, Vilnius, ou Trinity College (pour le rêve). D'autant que la plupart du temps, le catalogue n'est pas restreint : elle peut parfaitement prendre une matière de première année, une autre de 4e, etc, le choix est bien plus large que pour sa petite L3. Et puis, dans quelle universités Pepita veut aller ? Rho, c'est con, tout ça, faut tout faire soi-même, savoir ce qu'on veut, et personne pour prendre les décision à votre place. Mais notre courageuse Pepita ne recule devant rien.

Anti-libel-time : ce paragraphe ne saurait être interprété comme une remise en cause, même implicite, du staff de l'administration qui bosse aux relations internationales. Ils sont clairement au-dessus du lot, et prenne tout le temps qui est nécessaire pour répondre à vos questions, vraiment. Mais cela n'empêche qu'ils ne prennent pas la décision à votre place.

Ensuite vient le temps du classement. A merde, ça non plus, c'était pas calculé. Il y a certes 200 places, à vue de nez, dans des universités étrangères, mais ça fait quand même pas mal de déçus. D'autant que ceux qui sont assurés de partir sont loin d'être névrosés, puisqu'ils ont plusieurs mentions dans leur dossier. Mais on peut être très bonne étudiante (est-ce que Pepita est bonne, on ne le saura sans doute jamais), mais sans savoir ce qu'on fout en droit. Simplement, il n'y a pas de droit à partir se réfugier dans une université étrangère ; il y a un filtre académique et linguistique, ce qui est aussi une assurance anti-suicide pour l'université.

Mais, en revanche, il n'y a pas de filtre de motivation, ce qui est trèèès dommage.

Supposons encore une fois que Pepita passe cette étape, et soit nommée pour l'université de.. tiens, au hasard, l'université de Pépitanque, en Pépitanie. L'apprenant, je crois que sa première réaction, c'est peut-être, youpi, j'y suis arrivée, mais c'est aussi le moment du choc : oh, putain, je pars, plus moyen de faire machine arrière. Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé, je vais partir, et tout le tralala. Mais elle va partir quand même, parce que Pepita, elle n'a pas peur, juste de sa licence 3.

Rien qu'à ce stade-là, la petite Pepita a quand même sacrément progressé, parce qu'elle a réussi à se projeter dans l'avenir plus que jamais auparavant. Mais elle part. Peut-être qu'elle fera eki-eki-patang avec toute l'Europe (parce qu'elle est fan d'Arletty, notre bordelaise Pepita). Je pense que cette année la changera un peu de son petit train train quotidien, métaphore européenne d'un coup de pied au cul, et je suis sûr que quoi qu'il en soit, elle se verra d'une manière différente, aura sans doute gagné la confiance en elle qui lui manquait. Bien sûr, les difficultés seront toujours les mêmes ; mais ce ne sera pas la même Pepita. Pepita 2.0, quoi.

Touristes !

Le second problème, c'est que les étudiants Erasmus n'en foutent pas une. Alcool, sexe, tourisme, même pas jurisprudence. L'étudiant n'en aurait rien à foutre, parce qu'il aura nécessairement son année. Encore raté !

Le principe d'Erasmus (pour Pepita) est que si elle valide son année selon les règles de l'université de Pépitanque, alors il y aura transfert de crédits, et elle sera considérée comme une étudiante ayant validée, ici, son année de M1 à Bordeaux IV. Encore faut-il réussir ses examens en Pépitanie, et il sera traité, comme partout, à égalité avec les autres étudiants Pépitanie-native.

Si, maintenant, beaucoup d'étudiants Erasmus ne "jouent pas le jeu" et se foutent complètement de leur réussite aux examens, c'est pour les mêmes considérations que celles qu'évoque Garchimorch :
Garchimorch a écrit:Ensuite, quand on part, ca veut dire qu'on va louper une année d'enseignements fondamentaux, à plus forte raison quand on va partir en M1. C'est assez dur de partir et de louper ce qu'on va faire en M1, ça fait quand meme un bon paquet de connaissances qui manquent.

Or, si vous réussissez vos examens, qu'est-ce qui vous arrive ? Vous aurez validé votre M1, mais sans avoir les connaissances qui vont derrière. Ce qui signifie que, revenant à Bordeaux, Pépita peut directement aller en M2. Bigre, risky ! Sinon, on peut parfaitement passer un second M1, mais on ne peut pas repasser un M1 que l'on a déjà (!!), on peut seulement repasser un M1 dans une mention que l'on n'a pas encore. Donc, soit tu fais un M2, mais faut tout rattraper (sous réserve des commentaires de Caro), et alors, bonbon, soit tu fais un M1, mais dans une autre mention, et tu risques d'être bien b*** si tu t'es d'abord inscrit dans le M1 que tu souhaitais faire.

La solution, elle-même défendue par les administratifs de Bordeaux IV, est plutôt celle-ci : inscrivez-vous dans un M1 bidon (exemple, droit public :twisted:). Si vous validez vos examens, vous aurez un M1, mais bidon, et donc vous pourrez repasser pour de vrai le M1 que vous avez toujours souhaité faire (droit des affaires :twisted:). Mais il est toujours possible de faire un M2, si, notamment, le M1 choisi (et bidon) le permet. Ce n'est d'ailleurs pas infaisable : Caro a des anciens Erasmus dans son M2.

Evidemment, tout ça se simplifie si on ne joue pas le jeu, et si on plante ses examens, ou que l'on ne s'y présente pas. Pas de crédits à transférer, l'année universitaire aura été blanche. Et donc, je peux faire le M1 que je veux. C'est le corollaire un peu absurde du système de transfert de crédits.

Mais le système n'invite pas vraiment à la mobilité ; quelque soit la matière, quelque soit l'année, on trouvera toujours de bons arguments pour dire que ce n'est pas durant cette année qu'il faut partir. En L1 ? Blague. En L2 ? Blague : louper contrats, responsabilité civile, administratif ? En L3 ? Blague, parce que même s'il y a beaucoup de latitude dans le choix, cela reste des matières essentielles. Partir en M1 ? Non mais attends, c'est ton avenir qui se joue !! En M2 ? Attends, là, déjà qu'un M2, c'est vachement dur, alors si en plus, je dois me péter le cul à le faire à l'étranger, non merci. Et c'est heureux, parce que s'il y avait une année facultative, ce serait une année qui ne servirait à rien. D'où l'opportunité de l'aménagement des études de Sciences-Po qui obligent à une 3e année d'études, pour tout le monde, à l'étranger.

Et puis, tant qu'à faire, généraliser des cursus européens, entre deux universités, liées par des accords Erasmus. Ca existe avec Kent, on en parle également avec la City University, et ça devrait exister également avec des universités espagnoles, italiennes, ou allemandes. Parce que si l'année de mobilité Erasmus est une année diplômante dans l'université d'accueil, alors, là, on oublie complètement sex, alcohol and tourism, mais ça devient plus vite law, derecho, recht, à haute dose.

D'autant plus qu'il vaut mieux filtrer les étudiants qui partent en Erasmus et être sûrs qu'ils ne se plantent pas. Les places attribuées par l'agence communautaire "éducation formation" sont, notamment, fonction de la réussite des étudiants de l'université de B4 à l'étranger. Si 100% réussissent, ça fait des places de gagnées. Si 100% échouent, ça n'incite pas à donner davantage de places. Faire une antichambre, une "prépa-Erasmus", comme ça se fait en LLB, d'ailleurs, ne me parait pas idiot, bien au contraire, je vois pas pourquoi seulement 8 "élus" pourraient en bénéficier.

Totally bilingual !

La troisième critique porte sur le fait que ce n'est pas par une année de mobilité Erasmus que l'on devient bilingue. Ce auquel, finalement, je ne peux que souscrire : pour devenir bilingue, il faut déjà avoir des bases, et un an, si effectivement tu as un meilleur niveau qu'en partant (à condition, bien sûr, de ne pas avoir peur des étrangers, ce qui deviendrait presque dur par les temps qui courent, parce que les étrangers, c'est pas leur faute, mais ils sont juste pas Français, c'est dommage pour eux), tu ne seras bilingue que si déjà tu avais de bonnes bases. Je ne peux que les rejoindre.

L'évaluation linguistique n'est pas là pour faire vraiment peur : la pratique orale ne compte pas. A ce que j'ai compris, il s'agit d'un QCM sur des questions de compréhension d'un discours tenu par une cassette vidéo. Seule compte la compréhension. Alors que le minimum, ce serait quand même de passer, même 5 minutes devant quelqu'un, pour savoir si effectivement le candidat peut se débrouiller à l'oral. Parce que s'il est malade, et tout seul, on ne tendra pas de QCM à pour savoir ce qui se passe.
Je précise qu'en LLB, c'est 3 heures de compréhension orale par semaine, entre 3 et 20 minutes de participation orale par semaine par étudiant, et qu'il nous reste encore des entretiens très privilégiés avec la prof pour nous suivre à vue ^^. Quand à l'écrit, c'est entre 10 et 70 pages pour préparer les équivalent-TD, 2 dissertations par an, un examen en 3 heures. Je n'ai donc aucun scrupule à m'exprimer sur les modalités de la sélection des courageux Erasmus, ceci dit sans sarcasme aucun.

Mais, petit rappel, ça fait depuis combien de temps que la plupart d'entre nous apprennent l'anglais ? Moi, je l'ai commencé en 6e. J'avais, putain, 12 ans. Je vais en avoir 22. Ça fait donc 10 ans que je fais de l'anglais (même si je n'en ai jamais vraiment fait qu'en Tle et prépa, avec des profs dont je me rappelle encore le nom ; d'ailleurs, même ayant complètement abandonné la prépa, je venais encore aux colles d'anglais. C'était ma-life.net). En 10 ans de droit, vous avez de quoi être agrégé. En 10 ans d'anglais, la majorité des Français bafouillent, un peu.

Sans compter ceux qui apprennent par VOST ; c'est un bon début. Mais ceci dit "oh god, put your big dick in my tight little ass", c'est difficile à caser dans une conversation...

Peut-être qu'effectivement, il suffirait simplement de faire partir tous les petits Français en Angleterre, en Irlande, aux States, sur leurs temps de vacances, pour progresser en langues. Mais je me dit que s'il faut passer par un régime comme Erasmus pour que le niveau moyen en langues progresse, c'est peut-être un moindre mal.

La vie, on n'est pas à un an près ; il faut juste jouer le jeu et faire de son mieux pour progresser. S'il faut "re"-faire un M1, c'est pas grave, l'important c'est que ce ne soit pas une année perdue, et en langues, et pour soi-même. Ce qui n'aurait pas déplu à un sceptique.

NB : Je suis comme Pepita, je stresse pour mon départ. Et je prie pour être avec une copine -française- à Kent en coloc' !
Avatar de l’utilisateur
erasoftHomme
Salomon
Salomon
 
Messages: 871
Inscription: Mer 24 Oct 2007 00:40
Ville: Paris-sur-Styx
Année d'étude: Dans les toilettes de l'école d'avocats

Re: Encore raté !

Messagepar Guy Debord le Jeu 8 Mai 2008 09:48

Posté un pavé à 4h du mat'....oh my god Erasoft... :|
In girum imus nocte et consumimur igni
Let's Gokkun
Avatar de l’utilisateur
Guy DebordNon spécifié
Administrateur mégalomane
Administrateur mégalomane
 
Messages: 1822
Inscription: Dim 3 Fév 2008 19:07
Ville: Paris - 6e BITCH !
Année d'étude: Doctorant

Re: Encore raté !

Messagepar Yo-WaN le Jeu 8 Mai 2008 10:41

et bien y en a qui se font chier en periode de révision ^^
Pourquoi le droit des affaires ?
Pour l'argent et la magouille !
Avatar de l’utilisateur
Yo-WaNHomme
Administrateur
Administrateur
 
Messages: 1072
Inscription: Dim 3 Fév 2008 21:11
Ville: France
Année d'étude: Prépa CRFPA

Re: Encore raté !

Messagepar Garchimorch le Jeu 8 Mai 2008 11:38

Beaucoup de naïveté je perçois jeune Skybkloggeur. La peur et le refus de faire face à la réalité en toi je sens.

Il est vain d'essayer de contre-attaquer (couuuuuuxchiiiii), tu ne peux rien contre le pouvoir du côté osbcur (couuuuuuxchiiiii)

Bon, sérieusement, c'est normal que ce que j'ai dit sur Erasmus ne fasse pas plaisir et que tu essaies de le défendre. Bien sur, je reste convaincu que pour certains, (et te connaissant era je sais que ce sera le cas), l'expérience peut être plus que profitable et que ce sera pas la glande.

Pourtant, je vais quand même encore mettre le doigt là où ça fait mal aïe pour dissiper quelques points que tu as soulevés et qui ne sont pas totalement justes:

Pour Pepita:
Contrairement à mes anecdotes habituelles, Pepita a vraiment existé, et donc toute ressemblance avec des faits ou des personnes ayant existé n'est pas fortuite. Et le problème c'est qu'il y en a plein comme elle. Je commence à bien connaitre les L3, leur psychologie, en particulier, et j'avoue que c'est de loin le public que je préfère, justement pour leur côté névrosé. J'ai passé mon année à répéter à mes étudiants que c'étaient des névrosés, et je suis loin d'être dans le faux. Il n'empêche que je les aime vraiment. Bref, là n'est pas la question.

La question c'est que Pepita, et là je vais aussi extrapoler au delà de Pepita, mais je continuerai de parler de Pepita non comme une personne définie mais comme un ensemble de personnes, ça l'arrange qu'elle n'ait rien à décider.

Dans le système Erasmus, qu'est ce que tu décides? Que dalle, tu te laisses complètement porter par le vent.
Faut d'abord choisir une université où partir? Ouais, enfin c'est plus le pays qu'on choisit que l'Université. Tiens je suis jamais allé voir les caribous alors je vais choisir cette fac. Dites moi si je me trompe.
Ensuite, choisir des matières? Pas forcément ce qu'il ya le plus difficile à faire. Pepita (là par contre je parle juste d'elle), elle en avait 4 sur l'année à choisir...Pas ce qu'il ya de plus dur comme choix à faire.

Ensuite, le test de langues, et faut attendre le classement.
Ok. Rien à faire donc, attendre et laisser les autres faire à notre place. Les résultats arrivent, et là on te dit où tu vas partir en fonction du classement. Où est le choix et la décision là dedans?
En terme psychologique, comme universitaire, Erasmus c'est la solution de facilité: les autres vont prendre toutes les décisions à votre place, aucune contrainte, aucun choix décisif à faire, c'est ne plus se poser de question pendant un an, et vivre pendant un an complètement déconnecté de la réalité. Alors je suis un utopiste dans l'âme, je suis moi même un grand idéaliste, mais faut pas déconner non plus, je sais prendre mes responsabilités et faire des choix et prendre des décisions. Là, queud.

Une fois que le classement est tombé, y'a plus le choix, tout est fait à notre place: où qu'on doit aller, on nous dit où qu'on peut crècher, toussa toussa, donc là plus le choix non plus (vous voyez un peu l'épisode de Friends où Chandler pour fuir Janice part au Yemen. Bin là c'est pareil: I'm going to Yemen....I'm going to Yemen... qui se répète dans votre tête comme une chanson de Lorie, et vous ne pouvez plus penser à autre chose ou faire autre chose).

Alors ce que je reproche c'est pas tant de pas savoir se projeter en avant, ça c'est normal de pas pouvoir le faire, et tout le monde sait que c'est pas plus mal de pas avoir de projet d'aveniritude prédéfini, et plutot de passer ses années, pépère, et de voir en fonction. Ce que je reproche, c'est qu'Erasmus permet une fuite: tu as des merdes, tu te casses, plus besoin de réfléchir. C'est une fuite physique et psychologique. Incapacité de prendre des décisions décisives au moment où elles se présentent, alors on se démerde pour évacuer le problème au lieu de l'affronter, parce qu'on sait que la L3 c'est le moment décisif. Faut faire un choix en fin d'année. On sait pas le faire. Alors au lieu de réfléchir au problème, c'est le problème qu'on va évacuer.


Pour ensuite la question des exams passés là bas, et des équivalences, toussa, et de l'égalité entre les étudiants....mweuheueheueheueh (Docteru Denfer inside). Si vous saviez les gars comment ça se passe les notations d'étudiants Erasmus, ça vous ferait bégèr, mais je peux pas le dire là, faudrait se faire une session IRC. Mais y' aucune égalité. Croyez moi. On vous file donc les exams là bas, c'est logique. C'est une question de renommée et de réputation de la fac qui est en jeu: si elle envoie des étudiants qui ont pas leurs exams, plus personne ira là bas. Et BIV qui récupère des étudiants d'ailleurs doit faire la même chose: c'est du gagnant-gagnant: tu files les exams à mes étudiants, j'en fais autant pour les tiens, et comme ça on a tous les deux bonne réput.

Quant à la question de revenir et refaire un M1...mouais enfin ça c'est totalement bidon. Qui va s'amuser à faire ça? Si on est parti c'est pour pas s'emmerder à perdre un an et refaire un M1...Personne ne s'amusera à ratttraper ce qu'ils ont loupé pendant leur année Erasmus, faut pas se leurrer.


Enfin bon je vais peut être arrêter là, et retourner dans mon antre. J'ai commis assez de méfaits ces derniers jours, faut me renfermer.
Putains et politicards en appelleront alors au ciel...Sauvez-nous! Je les toiserai d'en haut...et dirai non...
Avatar de l’utilisateur
GarchimorchNon spécifié
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1320
Inscription: Mer 5 Déc 2007 19:46
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Maître Jedi

Re: Encore raté !

Messagepar Deepack le Jeu 8 Mai 2008 11:48

je posterai après les exam le récit d'un étudiant qui a vécu Erasmus.

Beaucoup de chose dites par Garchi et Erasoft sont vraies mais d'autres dépendent de beaucoup de paramètres. En gros on ne peut pas généraliser, mais c'est vrai que Erasmus à ses points faibles (mais en a aussi des forts). Ce qui me choque c'est qu'on dise qu'on m'a donné mon diplôme : NON, je me suis battu, j'ai énormément stressé pour l'avoir et pour cause, le niveau de l'UCL est plus élevé que celui de Bordeaux. Ca n'aurait pas dérangé l'UCL de me faire revenir en seconde session en septembre ;) (ni Bordeaux)
Mais il est vrai que dans certains pays (fac), les étudiants reviennent avec des 16 de moyenne, mais il n'y a qu'à voir le rapport de conversion en note française...

J'en dirai plus plus tard
Avatar de l’utilisateur
DeepackHomme
Fondateur - Admin
Fondateur - Admin
 
Messages: 1973
Inscription: Sam 22 Sep 2007 21:17
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Avocat - Diplomé Master 2 droit des affaires

Re: Encore raté !

Messagepar Garchimorch le Dim 11 Mai 2008 12:33

Ah oui j'avais oublié un truc, c'est aussi que quasiment tous ceux qui partent en Erasmus se sentent obligés de mettre comme avatar msn une photo d'un paysage qu'ils ont pris, du style un fjord, une foret, mais surtout surtout le lever ou le coucher de soleil quelque part. Soit dit en passant, j'ai des photos identiques sans etre parti chez les caribous.
Et surtout, ils se sentent toujours obligés de marquer dans leur message perso "studying", ou "time to study", ou "fucking *insérez ce que vous voulez * law".

Style y'a que quand on est en erasmus qu'on doit bosser, et surtout qu'on doit le préciser et le signaler à tout le monde: tu vois, moi je bosse, pas comme ces feignasses de fonctionnaires qu'en rament pas une et qui
je m'emporte.
Putains et politicards en appelleront alors au ciel...Sauvez-nous! Je les toiserai d'en haut...et dirai non...
Avatar de l’utilisateur
GarchimorchNon spécifié
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 1320
Inscription: Mer 5 Déc 2007 19:46
Ville: Bordeaux
Année d'étude: Maître Jedi

Re: Encore raté !

Messagepar Caro le Dim 11 Mai 2008 12:52

Ma foi, c'est un sujet qui te travaille!

Pour ma part, erasmus je trouve que ça peut vite devenir une vaste fumisterie selon la fac où tu pars. Et je ne comprends pas ce système d'équivalence des matières: genre quelqu'un qui part en L3 en erasmus, mettons dans un pays de common law vu que c'est vraiment différent de notre vision du droit, ne fera pas les matières françaises de M1, et aura apparemment beaucoup moins de matières en erasmus que si elle restait en France; mais il les rattrape comment ces matières? Sur des livres sûrement, mais je trouve qu'il manquera toujours un petit quelque chose. Sans compter que sur ton dossier, erasmus peut devenir soit un atout soit un poids selon la fac où tu pars, et que le choix de la fac ne dépend malheureusement pas que de soi.

Je mets toujours à part les LLB qui ont un diplôme anglais "classique" et pas une équivalence ce qui leur donne une valeur ajoutée certaine même s'il leur "manque" une année française.
Après il y a sûrement d'autres côtés sympas à erasmus, mais cette lacune d'une année entière de droit m'a toujours bloquée pour demander à partir.
Voilà!
Avatar de l’utilisateur
CaroFemme
Melchior
Melchior
 
Messages: 707
Inscription: Lun 3 Mar 2008 19:38
Ville: bordeaux
Année d'étude: inspectrice des douanes, ex esclave, ex pro des concours en tous genres


Retourner vers Erasmus

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité